Logo de creapole

Fabian Käser, un coach créatif et empathique

Image article

Fabian, citez-nous 3 #hashtags qui vous décrivent

#curiosité #empathie #créativité

Quel est votre parcours ?

Je suis né à Fribourg et j’ai fait des études dans la conservation et restauration des objets d’art et culturels. C’est principalement la curiosité qui m’a poussé dans ce domaine, bien que j’étais principalement intéressée par la partie recherche et technologie. J’ai alors commencé à travailler dans le domaine de la recherche et en parallèle j’ai effectué une formation MAS en ingénierie des polymères. Ce qui a guidé mes études, c’était mon intérêt pour la technologie et l’étude des composants et des processus de fabrication.

En parallèle des travaux de recherche, j’ai développé une nouvelle technologie pour l’analyse des matières et j’ai créé une spin-off dans le but de commercialiser ce produit. Après 7 ans d’activités en tant qu’entrepreneur, j’ai remis en question la stratégie de distribution de mon entreprise et j’ai eu l’occasion de vendre la société.

J’ai ensuite été engagé chez Creapole comme chef de projet dans l’innovation et pour soutenir les startups, avec une orientation dans le domaine des technologies médicales.

J’ai été accrédité coach platinn Coopération en 2013 et puis pour le secteur Affaires l’année dernière. Depuis mars 2019, je suis coach indépendant et mentor dans l’innovation chez InnoSuisse.

Quelle est votre domaine de prédilection, votre « spécialité » ?

Mon activité de prédilection, c’est de guider une société à se positionner et à définir sa culture et sa stratégie d’entreprise. Je travaille avec les entreprises technologiques innovantes sur deux axes, en fonction des besoins : d’une part les affaires, en travaillant sur le positionnement et la diversification de l’entreprise, et d’autre part sa stratégie de coopération.

Quels sont vos plus beaux accomplissements professionnels ?

Il s’agit pour moi du contact quotidien avec les entrepreneurs que j'accompagne, mais aussi avec les autres partenaires de l’écosystème.

Pouvez-vous citer une expérience de coaching de laquelle vous avez beaucoup appris ?

Souvent, on est mandaté par des entreprises qui ont un certain objectif en tête, mais au fil des discussions on se rend compte qu’il y a d’autres problèmes à résoudre avant de pouvoir s'attaquer à l'objectif initial. Prenons pour exemple une société qui veut développer des partenariats dans le but de se diversifier. En étudiant le dossier, on découvre que la société n’a aucune stratégie de diversification. Dans ce cas-là, il faut d’abord établir la stratégie avant d’entrer en contact avec des partenaires potentiels.

C’est un changement de cap qui est en général très bien acceptée par les clients. Leur ouverture d’esprit est évidemment essentielle pour que le travail avec un coach soit fructueux.

Quelles sont les valeurs qui guident vos prises de décision ?

En fait, ce sont surtout les valeurs de l’entreprise qui vont guider les actions à mener. Et pour cela, il faut qu’elle les connaisse. La conscience de son identité prime sur le développement de sa stratégie. C’est aussi mon rôle de lui permettre de se remette en question afin de se repositionner ou de définir des objectifs qui correspondent à ses valeurs.

D’un point de vue de la coopération, il est aussi important de viser un bénéfice mutuel chez les différents partenaires.

À quelles questions/besoins êtes-vous en mesure de répondre ?

Dans le processus global de coaching platinn, il y a deux grandes questions : Comment l’entreprise peut-elle gagner de l’argent ? et Comment peut-elle économiser de l’argent ?

Je m’occupe de la première partie, avec les programmes Affaires et Coopération, et mes collègues Nicolas Roth et Frédéric Baetscher s’occupent de la seconde partie avec le service Organisation.

Je vais aider le client à développer l’identité, le positionnement, la stratégie de diversification et le modèle d’affaire de son entreprise. Puis, après ces premières étapes conceptuelles, je peux le soutenir dans l’exécution des objectifs.